Sur un banc

11 mai 2011


Les enfants de chœur

Et les filles lasses,

Malgré la rancœur,

Un jour, ils s’embrassent

 

Sur un banc plein d’ombres

Usé par le temps.

Sur un banc trop sombre

Muet depuis longtemps.

 

Epris de douceur,

De bruit, de raffut,

Les enfants noceurs

Restent à l’affût

 

Sur un banc plein d’ombres

Usé par le temps.

Sur un banc trop sombre

Muet depuis longtemps.

 

L’homme plein d’ardeur

Une femme au bras

S’assoit, clabaudeur,

Tel un fier-à-bras

 

Sur un banc plein d’ombres

Usé par le temps.

Sur un banc trop sombre

Muet depuis longtemps.

Le vil égorgeur

Tranche le colback

De ce voyageur

Allongé en vrac

 

Sur un banc plein d’ombres

Usé par le temps.

Sur un banc trop sombre

Muet depuis longtemps.

 

L’avocat plaideur

Cache sa misère

Malgré la froideur

De son ministère

 

Sur un banc plein d’ombres

Usé par le temps.

Sur un banc trop sombre

Muet depuis longtemps.

 

Ainsi le rimeur,

Frappé d’amnésie,

Entend la rumeur

Comme une poésie

 

Sur un banc plein d’ombres

Usé par le temps.

Sur un banc trop sombre

Muet depuis longtemps.