Merci

12 février 2011, à Claire.


Plus d’un an s’est enfui, le temps file si vite !

Tu achevais un changement de logement.

Une femme déjà, mais encore une enfant.

Comme beaucoup d’entre-nous, gamins ou parents,

Coincés entre nos rêves, toujours si présents,

Et la réalité étriquée qui nous limite !

 

Ainsi ta jeunesse, excessive et fougueuse,

Rencontrait mes humeurs sereines et tranquilles !

En construisant mon chemin avec ta maman,

J’essayais de porter un regard bienveillant

Pour répondre à ta quête de petite fille.

Comme une épaule pour une gosse rêveuse !

 

Et puis, à ton tour, tu as éclairé mon heure,

Un jour où la vanité m’aveuglait un brin.

Tu as trouvé des mots sages et prévenants !

Aujourd’hui que tu franchis le cap des trente-ans,

Trace, sans défaillir, ton auguste chemin !

Explore tous les jolis sentiers de ton cœur !