J'aimerai

30 janvier 1977


 

Le temps et la distance nous séparent.

Cela commence à me peser.

J’ai besoin de te retrouver.

Dans mes bras, te serrer fort, sans retard !

 

Et puis j’aimerai entendre ta voix

Raconter nos fascinations

Et sentir ta respiration

Tremblotante et toujours en désarroi.

 

J’aimerai enfin vivre tour à tour

Par tes yeux d’enfants malicieux

Par tes lèvres damnées des cieux

Par tes sens exacerbés pour toujours.

 

J’aimerai pouvoir caresser ton corps

Puis sentir ton plaisir venir,

Tes sens aiguisés, prête à jouir,

Tes seins dressés fiers, et toi qui m’explores.

 

J’aimerai ainsi entendre tes râles

Couvrir tous les bruits de la ville,

Avec tous nos jeux incivils,

Nos plaisirs, nos extases et nos rages.

 

Et là, mon amour, enfin victorieux

De toute peur, de toute nuit,

Nos corps et nos cœurs épanouis,

Nous pourrons dormir paisibles et heureux.