Duo silencieux

5 décembre 2013 


La douceur d'une étreinte sans mots

Dans les plis de la nuit égarée

A l'aube de nos mots silencieux

Nos deux corps se livraient sans décence. 

 

Et nos doigts en l'absence de mots

Formaient des volutes éclairées

Des tendresses nichées dans les creux

En caresses pleines du silence.

 

Nous avions dans nos yeux d'angelots

Juste comme un regard égaré

Rêve de ces moments délicieux

Souvenir rempli de connivence.